Route Almada


ALMADA NEGREIROS Il avait à peine 17 ans quand la république a été instaurée, un acte qui a mis terme à un processus de forte contestation par rapport au régime monarchique, qui a abouti à un régicide, en 1908.

Les temps suivants n'étaient pas les plus paisibles. La 1re République est restée inscrite dans l'Histoire du Portugal comme une période marquée par des batailles entre les francs-maçons, les républicains et les éléments du carbonarisme (société secrète et révolutionnaire). Pendant les 16 ans de la 1re République, il y a eu 45 gouvernements, huit présidents et sept parlements. À ce moment-là, le chaos politique a entraîné une situation économique insoutenable, avec un pays poussé à la faillite et une contestation sociale croissante.

Le 28 mai 1926, un coup militaire met terme à cette démocratie précaire, établissant une dictature qui, à partir de 1933, devient le Nouvel État. Salazar est la figure tutélaire de ce nouveau régime qui s'étend jusqu'à 1974, quatre ans après la mort d'Almada Negreiros. Pendant environ quatre décennies, Portugal fut un pays délibérément périphérique, sans mobilité sociale et avec un indice de développement humain loin en dessous de la moyenne européenne.

Probablement déçu soit par ce spectacle dégradant de la 1re République, soit par la dictature de Salazar, Almada Negreiros s'est toujours présente comme « apolitique », cultivant un éloignement qui a toujours mené le pouvoir en place à le considérer comme un outsider.

Tenace à sa façon, le maître a transformé cette distance en un terrain, où il a pu développer sans contrainte son énergie créative, fondée sur un style très spécifique et totalement hors du commun.